Contrôleur (euse) Automobile

134 vues

0 partages


Chargé de vérifier des points susceptibles de mettre en péril la sécurité de l’automobiliste, le contrôleur Automobile doit faire preuve d’une grande rigueur. Même si sa fonction ne le conduit pas à réparer des véhicules, il doit néanmoins connaître tous les problèmes liés à la mécanique automobile. Au-delà des compétences techniques, les relations directes avec la clientèle exigent d’avoir le contact facile et d’user de pédagogie pour expliquer de manière simple et claire le rapport des contrôles.

Il s’agit surtout d’un contrôle de sécurité. Une voiture compte cent vingt-cinq points de vérification. Pneumatiques, éclairage, carrosserie… tous les organes de sécurité y passent ! Le moteur, la boîte de vitesse et les équipements accessoires ne sont en revanche pas contrôlés.” Il ne lui faut pas plus de trente minutes pour opérer la vérification à l’aide d’appareils spécifiques tels que les régloscope , les bancs de freinage ou les analyseurs de gaz. Aujourd’hui, plus besoin de papier ni de crayon pour pointer les failles : “Chaque professionnel dispose d’un petit appareil portable dans lequel il entre les renseignements relatifs à la carte grise et aux différentes caractéristiques du véhicule, précise Michel. En fin de contrôle, il transfère les informations sur l’ordinateur et édite un rapport destiné au client.”

Attention :

un contrôleur technique ne peut en aucun cas exercer en parallèle une activité de réparateur.
Cette profession exige l’obtention d’un agrément préfectoral, qui n’est délivré qu’à des personnes ayant un diplôme, et ou de l’expérience dans la réparation (mécanique, carrosserie, électricité) automobile (PL, moto), après avoir suivi une formation spécifique.

Aucune condamnation ne doit figurer au casier judiciaire N°2 du contrôleur qui doit être agréé par la préfecture pour exercer. Les responsabilités du contrôleur technique en automobile sont très importantes. En effet, il rédige et signe le procès-verbal (PV), qui fait de lui le garant de la sécurité du véhicule.

Les équipements nécessaires Le contrôleur utilise diverses machines et outils : pont élévateur, banc de suspension, de freinage, miroirs de contrôle d’éclairage, manomètre de gonflage, compresseur, analyseur de gaz et de fumées, clés de serrage de roue…. Et, bien sûr, un poste informatique de contrôle. Les outils à sa disposition sont des appareils spécifiques tels que les régloscope , les bancs de freinage ou les analyseurs de gaz….

Le contact avec la clientèle. Ce spécialiste a des compétences relationnelles. Face à des conducteurs pas toujours satisfaits du bilan émis, il sait garder son calme. Il est capable d’employer un langage technique mais aussi d’expliquer les problèmes du véhicule en termes courants : ce que l’usager doit faire réparer, quelles sont les pièces à changer et pourquoi (Amortisseurs, flexible, pneus…).
Lors du bilan oral il peut sensibiliser les conducteurs à la sécurité routière et fixer, si nécessaire, la date d’une prochaine contre-visite.

En plus de ces premières missions, le contrôleur technique automobile joue un rôle de prévention et rappelle à l’usager l’importance de posséder un véhicule en bon état ainsi que de respecter les règles de sécurité.


Missions principales

• Contrôler l’état des automobiles.
• Vérifier l’ensemble du véhicule en fonction de la réglementation en vigueur.
• Passer en revue tous les points importants de la voiture qui nécessitent un contrôle et une vérification : pneus, boîte de vitesse, suspension, éclairage…
• Effectuer des tests précis à l’aide d’appareils de mesure électroniques.
• En cas de dysfonctionnement constaté, chercher la cause du problème.
• Etablir un bilan de son intervention sur le véhicule, une facture ainsi qu’un procès verbal à destination du client.
• Informer l’usager des pièces défectueuses et des réparations qu’il va devoir effectuer.

 


Compétences techniques

Le contrôleur exerce dans des centres agréés de contrôle technique (indépendants ou affiliés à un réseau national), généralement au sein d’une petite équipe. C’est un emploi qui évolue avec la réglementation et impose au professionnel de suivre régulièrement des stages de remise à niveau. Le contrôle technique doit avoir une bonne constitution physique et supporter un rythme parfois soutenu.


Qualités personnelles

  • excellentes connaissances en mécanique
  • rigueur, méthode et précision
  • sens de l’analyse et de la synthèse
  • maîtrise des technologies informatiques
  • endurance physique
  • sens du contact


Rattachement hiérarchique


Niveau de formation

Bac + 5

Type de formation

Pour accéder au métier de contrôleur automobile, il faut suivre un stage de formation spécifique qui permet d’obtenir par la suite l’agrément de la préfecture. Ce stage est accessible avec différents CAP, BTS et DUT qui forment à la réparation, à l’entretien et à la maintenance automobile.
Plusieurs bacs pros offrent également des débouchés intéressants :
• construction des carrosseries ;
• maintenance des véhicules automobiles ;
• réparation des carrosseries.