Illustrateur

En collaboration avec un auteur ou un éditeur, l’illustrateur/l’illustratrice traduit des textes en dessins. Il/elle illustre surtout des livres pour la jeunesse et des ouvrages scolaires ou parascolaires, mais il/elle peut aussi travailler pour la presse ou la publicité.

Dans l’édition, l’illustrateur collabore à la fois avec l’auteur, dont il doit respecter le texte, et avec le directeur artistique, qui lui soumet le cahier des charges établi en amont : code couleur, typographies à utiliser, formats prévus, délais de livraison…

Malgré la contrainte des consignes reçues, l’illustrateur jouit globalement d’une grande liberté créatrice.

L’illustrateur peut être chargé de l’intégralité des pages d’un ouvrage (notamment pour un album de bande dessinée) ou seulement de la couverture.

Dans le cas d’illustrations multiples, il travaille à partir des “découpes” qui matérialisent les emplacements consacrés aux dessins dans le texte.

Pour une illustration de couverture, il travaille en grand format et doit trouver la meilleure traduction visuelle du titre.

Dans tous les cas, l’illustrateur propose toujours des esquisses ou des crayonnés pour les faire valider, avant de passer à la phase de colorisation sur une table à dessin ou, le plus souvent, sur un ordinateur équipé d’une palette graphique.

Doué pour le dessin et la peinture, l’illustrateur peut utiliser différentes techniques de dessin sur papier (encre, gouache, feutre, crayon, pastel, acrylique…), ainsi que des outils informatiques et des logiciels spécifiques (IllustratorPhotoshop…).

Traditionnellement, l’illustrateur travaille plutôt en solitaire, chez lui ou dans un atelier, mais la tendance actuelle est au regroupement dans un même local de travailleurs indépendants qui mettent en commun leurs moyens techniques, leur matériel et leur documentation.

Très rarement salarié, l’illustrateur doit savoir se vendre et décrocher des commandes. Pour cela, il prend grand soin de son “book” qu’il met à jour régulièrement pour présenter ses travaux les plus convaincants à des employeurs potentiels.

Outre son savoir-faire technique et artistique, l’illustrateur doit avoir de la personnalité, un esprit très créatif et un style bien à lui.

L’évolution professionnelle d’un illustrateur est liée à la forme artistique qu’il souhaite imprimer dans ses travaux. Il peut se spécialiser par exemple dans un type de produit (BD, livres pour enfants…) ou acquérir une plus grande notoriété dans le milieu professionnel.

Il peut aussi devenir directeur artistique dans une maison d’édition ou dans un studio de création multimédia. Il peut également rejoindre le dessin de presse, l’illustration de magazine ou le graphisme de publicité.

Enfin, il peut se lancer dans l’illustration de mode.

Bac + 3

Niveau d'études

3 ans

Expérience

Missions principales

  • analyser le sujet à illustrer, choisir la méthode de travail et les moyens techniques les mieux adaptés
  • vérifier toutes les informations à disposition, se documenter sur le domaine, observer certains travaux pratiques (opérations chirurgicales, dissections, reconstitutions d’un objet ou d’un animal, etc.) pour en reproduire ensuite les différentes phases et pour en assurer le rendu de manière objective et attrayante
  • observer attentivement, à l’œil nu ou au microscope, l’objet à dessiner: plante, animal, insecte, partie du corps humain, éléments archéologiques, cellules, bactéries, minéraux, etc.
  • évaluer le temps nécessaire à la concrétisation du projet, fixer des délais et négocier les coûts
  • dessiner sur papier ou directement à l’écran le sujet ou le thème à illustrer ou à animer: planches anatomiques, coupes histologiques, plantes, fleurs, etc.
  • traiter l’image sous diverses formes allant de l’illustration classique pour l’imprimé (livres, dépliants, prospectus, magazines, etc.) à l’animation assistée par ordinateur en deux ou trois dimensions
  • utiliser des techniques diversifiées telles que dessin, peinture, aquarelle, gravure, photographie, etc. et différents éléments graphiques (formes, logos, images vidéo, etc.) pour l’impression des publications
  • préparer des dessins d’animation ou des illustrations par ordinateur, régler les mouvements et les déplacements des animaux, des personnages ou des objets, intégrer des sources de lumière qui agissent sur un endroit déterminé avec une intensité donnée
  • composer un texte adéquat qui accompagne l’image, intégrer le son (parole ou musique) et veiller à leur synchronisation
  • contrôler la cohérence artistique du produit et s’assurer que le concept réponde aux besoins de communication et aux attentes des clients.

Compétences techniques

Artiste avant tout, l’illustrateur doit avoir du talent, de la créativité et de l’imagination à revendre. C’est aussi un technicien du dessin, dont il maîtrise les techniques de base ainsi que les principes de colorimétrie. Afin d’illustrer les textes dont il a la charge (notamment en presse), il doit faire preuve d’une bonne culture générale et d’une forte curiosité pour le monde qui l’entoure.

Souvent free lance, il doit savoir se vendre, ce qui implique sens relationnel, dynamisme et audace. Enfin, rigueur et ponctualité s’imposent pour honorer les échéances fixées en temps et en heure.


Qualités personnelles


Type de formation

Beaucoup d’illustrateurs sont autodidactes, mais il est conseillé de suivre une formation artistique et/ou graphique. Exemples de formations :

niveau bac + 3

  • DNMade graphisme
  • DNA – diplôme national d’art option communication

niveau bac + 4

  • DSAA  – diplôme supérieur d’arts appliqués option graphisme

niveau bac + 5

  • DNSEP – diplôme national supérieur d’expression plastique option communication